Histoire d’un Mur

 

Projet proposé du 28 juin au 1er septembre 2013, dans le cadre du Voyage à Nantes.

Un grand mur posé en plein centre ville de Nantes. Une programmation exceptionnelle d’artistes peintre / graffeurs, des DJ’s, 9 cartes blanches confiées à des réalisateurs nantais, et un rendez-vous hebdomadaire : le temps d’un été, 9 sessions, Histoire d’un Mur a transformé le centre ville en carrefour du street art.

 
> Toutes les photos
> Toutes les vidéos

Introduction

Au commencement, les douves du cours Franklin Roosevelt étaient un espace vert tranquille en plein cœur de la ville. Puis, un mur y est soudainement apparu. Haut de quatre mètres et large de dix, ce monolithe est étonnamment seul. Vierge et immaculé, il porte la couleur la plus sombre possible en attendant d’être recouvert de couleur et que la lumière soit. L’été arrive…
Réalisation : Sébastien Marqué



Acte 1 : « Nantes la jolie »
30 juin 2013
Lek & Soat ft l’Outsider (Paris)

Lek & Sowat ft. L'outsider

Le rideau s’est levé cette semaine sur le mur avec l’arrivée de Lek et Sowat. Fidèles à leur travail basé sur une matrice de trajectoires, de lignes et de lettres qui s’enchevêtrent, ils ont proposé pour Histoire d’un Mur une œuvre originale : travaillant sur la superposition de couches, les tracés de Lek et Sowat laissent apparaître sur un fond abstrait un titre simple et plein d’humour : Nantes la jolie. Rejoints au cours de leur création par l’artiste l’Outsider, Lek et Sowat n’ont pas oublié de faire référence aux autres artistes programmés pour Histoire d’un Mur : on peut lire dans les bandes en haut et en bas les noms de Tilt, Honet, Alëxone… Une très belle entrée en matière complétée d’une initiative originale : le début d’un cadavre exquis au dos du mur que les prochains artistes pourront compléter !

Issu des premières ascendances de graffeurs parisiens, Lek a fait ses armes dans le berceau du mouvement graffiti français, notamment sur le fameux terrain situé entre La Chapelle et Stalingrad. Sowat, lui, a fait ses classes à Marseille, puis a arpenté les murs d’Amérique en s’inspirant fortement des lettrages latins. Réunis par leur amour de la calligraphie et de l’architecture, ils peignent des fresques aux structures solides et aux éléments éclatés dans des lieux désaffectés et marginaux.
mausolee.net

Lek & Sowat vu par… Charlie Mars



 

Charlie Mars est né en 1980. C’est après un CAP de plâtrier qu’il s’essaye à des disciplines variées. Il sera ainsi : fakir, livreur de couches culottes, comédien, chanteur punk… Il s’essaye ensuite à l’image vidéo et réalise, seul dans sa salle de bain et à l’aide d’une caméra de vidéosurveillance, divers films qui l’amèneront à des productions plus étoffées. Tantôt réalisateur, performeur, et même présentateur de l’émission Les films faits à la maison sur Canal est un vidéaste touche-à-tout.
www.charlie-mars.com


Acte 2 : « Back 2 boring »
5 juillet  2013
Tilt, Tober & Kool T (Toulouse)

Tilt, Tober & Kool T

Pour le deuxième acte, Tilt, Tober et Kool T ont décidé de raconter une histoire du graffiti peu conventionnelle. Celle du tag, du graffiti vandale qui n’est pas fait pour plaire. En exprimant une véritable esthétique du sale, cette œuvre représente l’énergie du graffiti plus que son aspect décoratif. A l’image de ce qu’ont fait Lek, Sowat et l’Outsider une semaine plus tôt, les trois toulousains ont réalisé une œuvre saturée fonctionnant sur une logique de superposition. Les tags et les flops se recouvrent les uns les autres comme si le mur s’était fait peindre depuis des années. Chaque morceau de la pièce est éphémère : certaines parties sont visibles, d’autres sont enfouies. La pièce comporte aussi quelques clins d’œil. Notamment le « Nantes Religieuse » en référence au Nantes la Jolie de Lek et Sowat (voir acte 1) ou encore la reproduction quasi à l’identique d’un graff estampillé « ESP » situé en hauteur, à quelques mètres du mur. Dans l’esprit de la série de toiles Back to boring de Tilt, l’œuvre finit par être partiellement recouverte de peinture blanche, la même qui finit souvent par recouvrir les tags de n’importe quel mur.

Depuis ses premiers tags sur des rampes de skate en 1988, le travail se Tilt s’est considérablement enrichi, à la fois simplifié et radicalisé, témoignant de l’influence croissante de ses nombreux voyages. Artiste reconnu internationalement, son style « traditionnel » est principalement axé autour du « flop » (écriture de son nom dans une typo stylisée et identifiable), des bulles et des courbes. Une peinture colorée et acidulée, focalisée sur le plaisir, l’impact des formes et l’attrait des couleurs qui témoigne d’une pratique née dans la rue. Il interviendra avec son partenaire de toujours Tober, ainsi que Kool T, représentant de la nouvelle génération toulousaine.

Tilt, Tober & Kool T vu par… Sébastien Marqué



 

Sébastien Marqué commence sa carrière en 2000 avec l’association Zarf Prod, avec laquelle il réalise une dizaine de courts-métrages. En 2005, il réalise pour Pick Up Productions et Télénantes l’émission « Battle OPsession », captation d’un des plus gros « battle » internationaux de danse hip hop. En 2008, il lance un projet autoproduit, original et ambitieux : les « Ghost Movies », extraits de films qui n’existent pas encore. Son engagement repose toujours sur la possibilité d’appliquer ses « codes cinéma » sur ces projets.
www.sebastienmarque.com


Acte 3 : « Ils avancent masqués »
19 juillet  2013
Kazy, honet et Poch (Nantes, Paris, Rennes)

Kazy, Honet & Poch

L’Histoire continue et pour le troisième acte, ce sont Kazy, Honet et Poch qui ont investi le mur. Pour la première fois, Histoire d’un Mur accueille des graffeurs provenant de villes différentes (Nantes, Rennes et Paris). Les trois artistes ont réuni leurs univers pour une œuvre minimaliste dans laquelle les animaux côtoient l’espace. Le chat de Kazy (bien connu des nantais) et la panthère de Poch entourent le personnage hybride d’Honet qui n’est pas sans rappeler Goldorak. Un leitmotiv rassemble ces trois figures emblématiques : « Ils avancent masqués ». Ces avatars derrière lesquels les artistes se dissimulent rappellent les masques que les graffeurs portent souvent pour agir à couvert. Ils apparaissent comme les trois logos des artistes.

Kazy est graphiste et illustrateur indépendant au sein du collectif nantais 100Pression. Nourri de l’imagerie underground, de la BD et d’une pratique du graffiti dans ses formes les plus diverses, il développe un monde personnel où s’animent personnages étranges, parfois écorchés, détournement d’icônes…
kazyusclef.blogspot.fr

Honet découvre le graffiti en 1988 et commence par peindre son nom sur les trains, a travers l’Europe. Avec l’expérience, son style s’affine, inspiré par ses voyages et la scène musicale des années 80 et 90 (la synth-pop la new-wave, le rap, le punk…). Il passe progressivement d’un graffiti illégal et sombre a des peintures plus accessibles et figuratives. Il a créé des illustrations pour des marques prestigieuses (Prada, Lacoste ou Ruby), et expose dans des galeries dédiées a l’Art Urbain.
www.aventuresextraordinaires.fr

Culture « do it yourself », guitares saturées et concerts énervés : Poch s’intéresse très vite au pochoir et réalise ses premiers bombages à la fin des années 80. Il découvre au même moment le hip-hop, le graffiti et commence à peindre les murs et trains franciliens. A la fin des années 90, il opte pour un style plus minimaliste, multiplie logotypes, collages, pochoirs et affiches, tout en restant fidèle à l’imagerie ska, mods et punk rock.
www.patrice-poch.com

Kazy, Honet et Poch vu par… Gaëtan Chataigner



 

Musicien (Les Little Rabbits, The French Cowboy), Gaëtan Chataigner est également réalisateur de clips ou DVD pour Cali, Étienne Daho, Bernard Lavilliers ou encore Philippe Katerine(pour lequel il reçoit une Victoire de la musique 2011 du meilleur clip musical). Il signe récemment un documentaire, diffusé en novembre dernier sur Arte, sur le mythique Bestival de l’île de Wight, qui réunit chaque année stars et nouveaux talents. Il réalise en 2011 un film de promotion pour le Voyage à Nantes, qui mêle humour, finesse et poésie.


Acte 4 : « Popay »
19 juillet  2013
Popay (Paris)

Popay

Pour le quatrième acte d’Histoire d’un Mur, Popay nous invite à faire un tour dans sa jungle. Dans une fresque où les courbes et formes abstraites prolifèrent en formant un lettrage camouflé, Popay reste fidèle à son univers organique. Les éléments naturels aux mille couleurs sont organisés au sein d’un univers régi par le désordre et l’« anarchitecture ». Dans ce décor indompté, un Homme à la figure primitive apparaît comme perdu, témoin d’un univers où le chaos de la nature reprend ses droits sur celui de la ville. Dans cette œuvre spontanée, Popay redonne son sens premier à la pratique du « wildstyle » : résolument sauvage.

Graffeur, peintre et graphiste, véritable théoricien du graffiti, Popay est considéré comme l’un des pionniers du street art. Natif de Barcelone, vivant aujourd’hui à Paris, il s’est nourri des peintures de Combas et Picasso, de la BD et de films d’animations, et revendique l’influence musicale du psychédélisme comme de la techno… Popay a su développer au fil des ans un style figuratif unique, un univers pictural baroque saturé de formes végétales et organiques. Il évolue aujourd’hui aux quatre coins de l’Europe dans les plus hauts lieux de l’art contemporain.
1popay.blogspot.com

Popay vu par… Mathieu « Le Dude »



 

« Dans un château abandonné où les portes sont scellées avec des parpaings et où les murs perdent leur âme, un réalisateur devient acteur de sa recherche, un mur prend vie et les restes d’un hip hop vieillissant se consument lentement. Rencontre dans le fond de la pensée d’un peintre à l’imaginaire unique. » Mathieu « Le Dude »

Né en France, mais ayant grandi à Montréal, Mathieu, dit « le Dude » est bercé dans l’entre deux points, ne sachant jamais où se poser. Amoureux de cinéma et de musique, il fait ses premiers pas sur les plateaux de tournage canadiens avant de se voir forcé de rentrer en France. A son retour, il fonde dasswassup.com avec son ami de toujours. Un site portant sur les cultures urbaines, qui mêle écrit et vidéo. Un pied à Nantes et l’autre à Montréal, Mathieu cultive la différence, brise les barrières et propose un univers réaliste qu’il vous invite à défricher.
dasswassup.com


Acte 5 : « Favet Neptunus Eunti »
26 juillet 2013
Seth & Kislow (Paris, Ukraine)

Seth & Kislow

L’Odyssée Histoire d’un Mur suit son cours avec Seth et Kislow. Leur rencontre s’étant faite durant un voyage de Seth en Ukraine pour l’émission Les nouveaux explorateurs (Canal +), il semblait naturel qu’ils décident de traiter des thèmes de l’exploration, et de la navigation, tout en s’imprégnant de la culture nantaise. 
Dans cette œuvre à l’ambiance océanique, deux personnages se confrontent. A droite,  Kislow reproduit la figure mythologique de Triton, fils de Poséidon qui maitrise les océans en se servant de sa conque comme d’une trompette. Face à lui, Seth n’a pas dérogé à ses habitudes en créant un personnage enfantin à la tête coupée et au regard fuyant qui se transforme tour à tour en moussaillon, puis en matelot et enfin en capitaine (en référence à son grand-père marin). A l’image des rêves d’enfants qui évoluent comme des poupées russes, les navigateurs tiennent chacun dans leurs mains un bateau, d’abord en papier, puis en plastique, qui devient finalement la pièce centrale de l’œuvre : un bateau à trois mâts comme allégorie de Nantes. En bas de l’œuvre est inscrite la maxime « Favet Neptunus Eunti » (littéralement : « Neptune favorise ceux qui voyagent »), devise de la ville de Nantes.

Artiste, auteur, et réalisateur, SETH est connu dans le milieu du graffiti avec ses personnages simples, souvent enfantins, connectés d’une manière ou d’une autre aux environnements chaotiques dans lesquels ils sont peints. Sensible aux conséquences de la globalisation, il crée un travail hybride qui manie technique d’expression moderne et représentation traditionnelle.
www.globepainter.com

L’ukrainien KISLOW, bien que jeune, s’attache lui aussi à la tradition : celle des pays de l’Est et particulièrement de sa Russie natale. Dans un style technique qui ne laisse pas de place au hasard, il peint des fresques dans lesquelles les personnages et objets sont teintées d’une atmosphère folklorique.
kislow1.livejournal.com

Seth & Kislow vu par… David Couliau



 

Réalisateur, monteur, photographe, David Couliau est un inconditionnel de l’image fixe et animée. Il développe depuis maintenant plus de 15 ans un travail ancré dans un univers très urbain, à la fois sensible, spontané et musical par le biais du documentaire, de la fiction ou de la vidéo de création. Il se fait connaître avec ses vidéos de skate, puis se tourne vers la réalisation de clips (Hocus Pocus, Beat Torrent, Smooth…) et de documentaires musicaux (NOC et DIY » en 2007).


Acte 6 : « Gizup will never die »
2 août 2013
Persu, Velvet & Zoer (Nantes, Paris, Lille) ft. The Blind (Nantes)

Persu, Velvet & Zoer

Pour ce sixième acte d’Histoire d’un Mur, Persu, Velvet et Zoer sont à l’honneur et nous proposent une oeuvre composite et géométrique. Au sein d’une forme centrale ovoïde, qui ressemble beaucoup à une voiture, les trois artistes se sont partagés des zones quadrillées et fragmentées. Dans ce patchwork apparaissent des figures qui caractérisent l’architecture urbaine : murs, escaliers, fenêtres, collages de vieux journaux, mais aussi une Citroën Visa de 80 et quelques chats (on reconnaîtra Gizup, le feu-chat de Persu). Dans ce dédale de lignes et de formes, la seule couleur présente est un jaune dérivé du criard au terne. Le reste est naturellement fait de camaïeux de gris. Mélangeant les techniques et les esthétiques, Persu, Velvet et Zoer expriment leur vision de la ville comme s’ils avaient déchiré, puis collé les pages de leurs sketchbooks (cahiers de croquis) a travers un prisme métropolitain. Vous pouvez également observer les signatures des artistes faites en braille par l’artiste The Blind, de passage au mur.

Figure du graffiti nantais depuis 2007, membre du collectif 100 Pression, Persu est spécialisé dans le Wild Style. Pratiquant un lettrage très technique, polyvalent, il refuse néanmoins d’être classé dans une catégorie spécifique. Il aime surtout se laisser influencer par des pratiques différentes, au gré des rencontres et des affinités.
www.francispersu.blogspot.com

 Velvet (CSX) commence à peindre des murs aux débuts des années 2000 sous un autre pseudonyme. Après des années de pratique « classique » du graffiti, il tend désormais à lier le travail de la lettre à d’autres sujets de réflexion comme l’architecture ou l’objet manufacturé. Ses constructions peintes naviguent entre abstraction et figuration, bon sens et illogisme. Il s’intéresse à travers elles à la façon dont les choses que nous produisons sont crées, utilisées puis récupérées et détournées.
velvetcsx.tumblr.com/

Membre comme Velvet du crew CSX (fondé à Paris en 2004), le lillois Zoer est un graffeur polyvalent qui maîtrise aussi bien le lettrage que l’illustration, et dont le style est en constante évolution. Détestant être catégorisé dans un style, ses inspirations proviennent, en vrac, de souvenirs d’enfance, architecture ou d’ingénierie technique.
www.flickr.com/photos/zoercsx

Persu, Velvet & Zoer vu par… Marc Cortès



 

Photographe et vidéaste, Marc Cortès travaille à la fois pour des commandes de clips vidéos (Alain Souchon, Cocoon, The Daredevil Christopher Wright, Prototypes, Saïan Supa Crew…), des publicités (Canal+, Le Coq Sportif, Red Bull, SNCF, Mac Donald’s, FDJ, FFF…) mais aussi pour des courts métrages, tout en gardant une esthétique léchée et singulière qui lui est propre.
www.marccortes.fr


Acte 7 : « Elephant Canaris »
9 août 2013
Alexöne (Paris)

Alexöne

Pour ce septième acte Alëxone est à l’honneur, pour une pièce riche en couleurs et en animaux. Fidèle à ses habitudes, Alëxone développe une scène animalière à l’allure enfantine et aux couleurs vives inspirées du pop art. Les chats, tigres, loups et bien-sûr les canards-pingouins (animal fétiche du peintre qu’il affectionne tant dans ses oeuvres), comme emportés dans un mouvement aérien, virevoltent et se courbent autour d’un éléphant. Ce personnage central est « presque un autoportrait ». Contrairement à ce qui paraît au premier coup d’œil, cette pièce ressemble plus à une bagarre générale qu’à une illustration de conte pour enfant. Ses mains serrant son cœur, le pachyderme semble défaillir, tandis qu’un cheval sort tout droit de sa poitrine. En filigrane est écrit (entre autres) le mot « Expression ». Dans cette mise en abyme personnelle de la création artistique, les chimères qui émanent de lui plantent des poignards partout sur son corps. Parmi ces « painting warriors », certains canards sont en train de le recouvrir de peinture, comme s’ils le tuaient doucement avec des couleurs…

Alëxone a découvert le graffiti à fin des années 80, et réalise ses premières calligraphies sous le nom d’Oedipe. Il se tourne ensuite vers le figuratif et développe un univers personnel peuplé d’animaux imaginaires et de personnages bariolés, de bulles de textes ou de lettrages réunis par associations d’idées. Considéré aujourd’hui nomme l’un des street artistes les plus importants de sa génération, il continue à investir les toiles comme les murs avec son monde humoristique et coloré.
www.alexone.net 

Alexöne vu par… David Zard



 

David Zard est un réalisateur polyvalent à la fois monteur et producteur de films expérimentaux, de documentaires, de fictions et de clips. Il vite et oeuvre à Nantes, où il a créé la structure Zarlab, qui se présente comme un laboratoire de création artistique encourageant la recherche de nouvelles écritures et formes audiovisuelles.
www.zarlab.fr


Acte 8 : « Néné(s) en perm’ à Nantes
16 août 2013
Bom.K & Brusk (Paris, Lyon)

Bom K & Brusk

Pour l’acte 8, Histoire d’un Mur réunit Bom.k et Brusk, deux membres du crew DMV (Da Mental Vaporz). Déjà associés sur plusieurs projets, c’est pourtant la première pièce qu’ils réalisent en duo. La fresque est composée de quatre portraits, ou masques. Disloquée, fragmentée par des lignes (ou cassures) invisibles, elle a été créée suivant le principe du cadavre exquis : chaque personnage est divisé en plusieurs zones, peintes alternativement par Bom.K ou Brusk. Ainsi associés, les styles et techniques des deux graffeurs se juxtaposent, se complètent ou se confrontent : figuration surréaliste, froide et ténébreuse pour Bom.k, projections de matières, de formes et de couleurs pour Brusk. Eléments minéraux et organiques se mêlent dans cette pièce d’une grande richesse. Si l’on excepte les symboles positifs de l’oiseau et des fleurs, elle  évoque dans son ensemble une vision sombre et fantasmagorique… mais offre surtout une grande liberté d’interprétation.

Originaire de la région parisienne, Bom.K s’est rapidement éloigné des règles traditionnelles du graffiti pour suivre son propre chemin. L’imaginaire de l’artiste nous transporte dans un univers absolument unique ou se mélangent de manière curieuse le corps, la difformité, l’urbain et le surréalisme.
www.bom-k.fr

Brusk rencontre le graff et le hip-hop au début des années 90. Diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de St-Etienne, sa maîtrise de nombreux outils et mediums (photo, vidéo, informatique) lui permet de travailler aussi bien le figuratif, l’abstraction, le réalisme ou le graphisme épuré. Au fil des années, il se forge un style alliant calligraphie 3D, personnages et mises en scènes, multipliant les medias et supports : textiles, design, objets… Brusk est membre du DMV crew (Da Mental Vaporz).
mynameisbrusk.com

Bom.K & Brusk vu par… Charlie Luccini



 

Originaire de Kinshasa, Charlie Luccini aussi connu sous le nom de Philémon est un artiste résolument hip-hop. D’abord connu pour son travail en tant que rappeur, il commence par réaliser ses propres clips sous le nom de Charlie Luccini, puis monte la structure Luccini Production. Il met en scène et compose des comédies musicales (« Le magicien d’Oz »), réalise des clips et travaille avec le milieu de la danse, comme les Wanted Posse, les Twins ou Skorpion. Il est également très attiré par la photographie de mode.


Acte 9 : c’est plié
23 août 2013
Lksir, Ryngar & Erza (Rouen, Le Mans, Paris)

Lksir, Ryngar & Erza

Neuvième et dernier acte : Lksir, Ryngar et Erza se sont pliés en quatre pour la fin d’Histoire d’un Mur. Ensemble, ils se sont partagés le mur en bandes et ont créé un puzzle en trois parties à choix multiples. Alors que sur le mur, trois peintures existent en une seule fresque, les artistes nous invitent à participer à l’œuvre qui prend sa forme finale par un pliage grâce à un patron (à télécharger ici). Lksir esquisse d’un trait tremblant des créatures tordues inspirées de la bande dessinée avec des bras et des jambes en bâtons, comme les dessins d’enfants. A gauche, on devine un oiseau quelconque avec à ses côtés une chimère aux mille pattes, bec de canard, oreilles de lapin et queue de poule. Les deux personnages sont sur le point de faire un high-five, mais avec trois doigts. Ryngar opte pour deux chiens dont le plus gros a, malgré ses trois yeux, presque une tête d’être humain. A l’intérieur de cet homme-chien, on distingue les lettres B2M en référence a son crew. En tant qu’adepte de la calligraphie, Erza propose de compléter ces deux scènes par un graffiti victorien sur un fond bigarré faisant apparaître les noms de chaque artiste en guise de signature. Une fois le patron rabattu, on peut voir ces trois pièces différentes dans l’œuvre. Mais l’origami offre d’autres possibilités : les personnages sont disposés de sorte à ce qu’on puisse faire des combinaisons entre les différentes parties de la fresque. Polymorphe, cet origami nous permet de mélanger les pièces et les personnages en multipliant les sens de lecture.

Histoire d’un Mur, c’est plié…

Lksir, Ryngar & Erza vu par… Marc Picavez



 

Né en 1981, Marc Picavez écrit son premier scénario au lycée et remporte le concours des scénarios sur la drogue avec le court-métrage C’est presque terrible. Parallèlement à des études de sociologie, il réalise en 2005 un premier film, Bul déconné !, primé à Dakar, Montréal, Ouidah et San Francisco, est le fruit d’une collaboration avec Massaër Dieng. Marc développe ensuite des projets en solo comme « France-Brésil et autres histoires… », primé dans plusieurs festivals, et « Agosto », qui obtient en 2010 le Prix Qualité du CNC. De Mai à Septembre 2013, se tiendra au LIFE à Saint-Nazaire sa première exposition vidéo personnelle, « Seamen’s Club ».
marc.picavez.free.fr


Epilogue

Réalisation : Sébastien Marqué




Histoire d’un mur : l’intégrale

Réalisation : Sébastien Marqué




Evénement créé et organisé par Pick Up Production, dans le cadre du Voyage à Nantes.
Avec le soutien de la Ville de Nantes, et en partenariat Graffiti Art Magazine et FatCap.

Photos : David Gallard – davidgallard.fr

 

 

 

 

 

 


Back to Top ↑