Du 13 au 19 décembre, soixante élèves (d’une classe de 5e, du dispositif ULIS et UPE2A) du collège Berlioz à Nantes ont bénéficié d’une résidence d’artistes rappeurs, beatboxeurs, danseurs, coordonnée par Pick Up Production. Ensemble ils ont travaillé sur un questionnement : « comment exprimer ses émotions à travers le corps ? ». Retour avec Eva Guerlais, professeure d’éducation musicale et de chant choral, à l’initiative du projet.

Comment est né le partenariat avec Pick Up Production ?
Il a vu le jour en 2015, avec la classe ULIS1* du collège et une classe de 5e. L’envie était de fédérer autour du hip hop de façon pluridisciplinaire, en croisant plusieurs matières.

Pourquoi avoir choisi le hip hop ?
Il nous a semblé plus facile d’envisager un travail d’écriture avec le rap. Nous voulions promouvoir un rap moins médiatisé et faire découvrir des artistes locaux. Montrer aux élèves que le rap peut être accessible, qu’il n’existe pas seulement à la télé ou à la radio mais qu’il peut être aussi présent dans leur quotidien et dans leur ville.

Vous avez également fait le choix d’une vision globale du hip hop…
Nous avons effectivement essayé de « toucher » à toutes les disciplines du hip hop : dès la première année, nous avons introduit le graffiti et le rap. Cette fois, nous avons aussi de la danse, du scratch du human beatbox… Mais c’est un projet encore plus englobant : il y a une grosse préparation depuis septembre qui touche également au blues, aux percussions, etc.
Il était important pour nous de banaliser une semaine pour permettre aux élèves de se concentrer et de s’impliquer complètement. Ils ont envie de fédérer, ils se préparent depuis longtemps et ont hâte de se lancer.

Qu’amène le projet I gotta feeling pour les élèves ?
C’est véritablement un projet inclusif. Lors de la semaine banalisée, les élèves ne sont plus définis par leur classe (5eC, Ulis, UPE2A…) mais sous un seul et même groupe “I Gotta Feeling”.

En quoi la culture hip hop permet-elle de favoriser les expressions individuelles ?
Il y a des élèves qui ont des difficultés avec la langue, des difficultés de compréhension, d’apprentissage. Passer par le beatboxing les met au même niveau, passer par la danse également. C’est un vrai choix de notre part que de proposer des façons de s’exprimer où on est tous égaux.

La semaine de résidence a donné lieu à une représentation au sein du collège, le 19 décembre. Merci à tous les intervenants : Tunjay et Yliès (danse), DJ Dominique, Furax (beatbox), JM (rap), The bar Room Preachers (blues), M. Adamapoulos (percussions corporelles). L’équipe pédagogique : Alex Adamopoulos (Dispositif Monde), Bella M’Ba NOëlla (ULIS), Nicolas Deshayes (Histoire Gérographie EMC), Eva Guerlais (Education musicale et chant choral), Marie Jousset (Documentation), Hélène Lamour (ULIS), Didier Launay (Education Physique et Sportive), Nathalie Le Mouël (Anglais), Océane Paviot (Français).

*Les classes ULIS (Unité Locale d’Inclusion Scolaire) permettent l’accueil dans un collège d’un petit groupe d’élèves présentant le même type de handicap : troubles des fonctions cognitives ou mentales, troubles du développement, de la fonction auditive ou de la fonction visuelles, ou des troubles multiples associés.

* UPE2A : dispositif regroupant des élèves de langue maternelle étrangère

Reportage France 3 Pays de la Loire

Photos : Jeremy Jehanin

Partager